le bac à litière idéal selon une comportementaliste chat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le bac à litière idéal selon une comportementaliste chat

Message par montélimard le Sam 7 Mar 2015 - 17:17

Beaucoup d’idées reçues s’immiscent dans les bonnes intentions des humains concernant la litière du chat, et, il faut le reconnaître, parfois les intérêts divergent. Pourtant l’enjeu est de taille car un bac à litière inadéquat du point de vue félin est susceptible de le conduire un jour ou l’autre à faire ses éliminations ailleurs dans la maison.

Même si le chat peut s’accommoder d’un inconfort(involontairement) imposé par des humains bienveillants mais mal informés, cette adaptation peut à la longue lui peser et générer un malaise. Si elle s’ajoute à d’autres facteurs de gêne dans son quotidien, nous voilà aux prises avec des pipis ou des cacas hors de la litière (dites aussi « éliminations  indésirables » ou « hors-bac »).

 

Quel serait donc – pour le chat – le bac à litière idéal?

Un bac ouvert et spacieux

Le chat a moins besoin « d’intimité » que de pouvoir surveiller les alentours. En milieu naturel, quand il fait ses besoins, il est potentiellement vulnérable par rapport à  sesprédateurs. Avoir une vue dégagée et la possibilité de fuir facilement est donc un atout. De surcroît, il lui faut pouvoir se tourner, se retourner, gratter, recouvrir… bref il faut de la place, en largeur et en hauteur. A ciel ouvert, c’est mieux.


Le bac à litière est aussi pour le chat un  « centre de féli-communication ». Lors de ses éliminations , il y dépose des substances olfactives et phéromonales, les« sémiochimiques », certaines étant perceptibles par l’humain, d’autres pas. Par cette communication chimique il signale aux autres cohabitants qu’il habite ici, et  pour lui même il crée un environnement olfactif rassurant et familier. C’est donc bien avec un bac ouvertque ces informations seront le plus susceptibles de parvenir à tous.


Un lieu à la fois calme et stratégique

L’emplacement du bac doit être calme et sécurisant pour le chat. On préfèrera un endroit où il pourra faire sa petite affaire sans être dérangé: pas de bac dans un passage, près d’une machine à laver ou d’un lave vaisselle qui va démarrer bruyamment, ou juste à côté du panier du chien.


Cependant! A quoi lui sert d’avoir à sa disposition ce magnifique « centre de féli-communication » s’il est placé au fond des toilettes, elles-mêmes au fond du couloir, et de surcroît avec une porte tout juste entrebâillée? L’endroit doit être assez stratégique pour que « l’information passe », donc plutôt une pièce de vie qu’un cagibi…


On veillera à ce que le bac soit éloigné des autres aires d’activités félines: les gamelles, les lieux de repos.  Ce « dispatching » des aires est très important, en milieu naturel elles sont écartées des unes des autres de manière très définie, une fois encore pour minimiser les risques de prédation. A la maison on préconise au moins 2 mètres entre chacune d’elles, bien plus si c’est possible. Car si la litière est trop près des croquettes, le chat ne pouvant pas déplacer la gamelle pourra être obligé de se chercher un autre lieu d’élimination…


Une neutralité olfactive

Petit rappel préliminaire: n’oublions pas que les capacités olfactives du chat sont très développées et que l’olfaction revêt une grande importance dans son existence et son quotidien.

Pour pouvoir bien communiquer par l’intermédiaire de son bac, le chat doit pouvoir bien s’y « sentir ». Pas de désodorisant, de litière au parfum « talc pour bébé », de détergent. Exit également le « bon truc de l’eau de javel » censée attirer le chat dans son bac (en réalité s’il la recouvre c’est qu’elle le gêne).

Polluer le bac à litière d’odeurs fortes et synthétiques conduit au mieux à indisposer le chat le plus « adaptable », au pire à éloigner de sa litière ou à perturber de manière plus globale le chat le plus sensible. Tout ceci est bien sûr intensifié dans un bac fermé, qui sera vite saturé par ces odeurs gênantes pour le chat.


Une routine de nettoyage appropriée

Les modalités de nettoyage du bac à litière sont un point très important, car chats et humains n’ont de toute évidence parfois pas la même notion de la « propreté ».


On conçoit facilement qu’un bac négligé, avec des déjections qui s’accumulent pendant plusieurs jours puisse déplaire au chat, c’est un fait, la discipline s’impose (à l’humain!).  Mais un bac « trop » nettoyé peut aussi être un problème. : rappelez-vous que c’est toujours un « centre de féli-communication ». Si les informations olfactives déposées par Minet sont tout de suite effacées de l’environnement, il va peut-être devoir se mettre à « parler plus fort », et aller diffuser ses odeurs à d’autres endroits de l’environnement (sur le tapis?) pour mieux les percevoir.

Il peut donc être tout à fait contre-productif de se ruer pour faire disparaître la moindre crotte ou galette d’urine dès qu’elle est déposée dans la litière, c’est aussi grâce à leur présence que votre chat se « sent » bien chez lui. Disons qu’enlever les déjections une fois par jour est suffisant et recommandé. On rajoutera tous les jours l’équivalent de la litière souillée et enlevée, personnellement je préconise une hauteur assez importante, autour de 12 cm, pour permettre au chat de gratter sans toucher le fond du bac en plastique.

Pour le  nettoyage intégral du bac, la fréquence dépend du type de litière utilisée : toutes les semaines pour la litière minérale, tous les 10 jours environ pour la silice, jusqu’à 4 semaines pour certaines litières agglomérantes.

Ici aussi, la consigne de neutralité olfactive continue à s’appliquer, donc on éviteral’utilisation de  produits détergents ou nettoyants et d’eau de javel. Pour une hygiène néanmoins parfaite, un nettoyage à l’éponge et à l’eau chaude, suivi d’un rinçage à l’eau bouillante suffit pour éliminer tous les microbes. Oui, c’est une petite révolution!


Voilà pour les grandes lignes du bac à litière idéal du point de vue du CHAT. L’humain a aussi un intérêt tout personnel à essayer de l’adopter: plus le chat sera à l’aise pour éliminer dans ce bac, moins grands seront les risques de pipis à d’autres endroits. Il faut aussi bien sûr tenir compte des préférences individuelles félines, il est possible que certains chats semblent préférer un bac fermé par exemple. Gardons toutefois à l’esprit que s’adapter n’est pas forcément apprécier, et que souvent Minet doit s’accommoder d’une litière idéale du point de vue HUMAIN (celle qui est fermée, cachée au fond des toilettes et qui sent la rose chimique…).

S.Paeleman - bien vivre avec son chat
avatar
montélimard

Messages : 1842
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 49
Localisation : 59

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum