La PIF (péritonite infectieuse féline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Jeu 14 Jan 2016 - 20:44

La PIF du chat ou Péritonite Infectieuse Féline est une maladie virale mortelle au développement complexe et au diagnostic difficile.

Il en existe deux formes : PIF sèche et PIF humide.
Voir les explications sur ce site : http://conseils-veto.com/peritonite-infectieuse-feline-pif-coronavirus-du-chat/

La PIF est une maladie du chat qu'on ne sait pas soigner, causée par la mutation dans le corps d'un chat affaibli ou prédisposé d'un virus intestinal d'ordinaire bénin appelé coronavirus, très contagieux et très répandu.
L'infection au coronavirus ne donne quasi aucun symptôme et la grande majorité des chats élimine naturellement le virus. Cependant, dans de rares cas, le virus mute dans le corps et provoque la maladie dite PIF. Cette maladie a priori n'est pas directement contagieuse.
La prévalence de la PIF est plus importante chez les chats de moins de 2 ans, chez les chats en déficience immunitaire et chez les chats vivant en communauté de plus de dix chats.


Dernière édition par Mélusine le Mar 26 Sep 2017 - 17:53, édité 4 fois
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Jeu 14 Jan 2016 - 20:46

Il est admis aujourd’hui que la PIF chez le chat est essentiellement provoquée par la mutation d’un Coronavirus intestinal dans le corps du chat.
Le chat doit d’abord être contaminé par la forme entérique (FeCV) avant que la mutation en virus de la péritonite infectieuse ne se produise en lui !
La contamination directe de chat à chat par la PIF, prête encore à controverse mais resterait rarissime.
Selon diverses études, on considère que le Coronavirus entérique touche de 10 à 40% de la population féline.
Le Coronavirus à PIF, ne toucherait, quant à lui, pas plus de 5% de cette même population.
La mutation n’est donc pas automatique !
Heureusement pour les chats mais ceci n’arrange pas nos affaires :
– Les 2 virus ne sont pas facilement différenciables.
– Le Coronavirus entérique est fortement présent et très contagieux lorsque les chats vivent ensemble.
– La mutation est totalement imprévisible : Parmi les chats porteurs de Coronavirus intestinal, impossible de savoir lesquels développeront une PIF !
– Pour couronner le tout, nombreux chats atteints par le Coronavirus entérique sont asymptomatiques et peuvent diffuser du virus pendant des mois sans que le propriétaire ou l’éleveur ne puisse s’en rendre compte !

– La péritonite infectieuse (PIF) touche préférentiellement des chats de  6 mois à 2 ans.
– Un chat atteint de leucose féline (FelV) ou du SIDA du chat (FIV),voire des deux, a plus de risques de développer la PIF.

Le risque est accru chez les chats très jeunes ou très vieux, ou encore chez les sujets immunodéprimés (atteints de leucose par exemple). Aussi, un facteur stressant, tel qu'une opération chirurgicale, peut contribuer au développement de la maladie.


Dernière édition par Mélusine le Mar 26 Sep 2017 - 17:11, édité 4 fois
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Jeu 14 Jan 2016 - 20:47

La PIF serait due à la mutation dans l'organisme de certains chats d'un virus bénin, dit coronavirus entérique félin (FeCV), qui provoque au plus une petite diarrhée. Ce qu'on peut tester, c'est la présence de ce virus, mais les tests ne permettent pas de différencier la forme simple et la forme mutée. Le diagnostic définitif ne peut être posé que par des analyses post mortem.

La présence du FeCV ne veut pas dire du tout qu'un chat contaminé développera une PIF puisque la plupart du temps le virus ne mute pas et reste a-symptomatique. Parmi les chats porteurs de Coronavirus intestinal, impossible de savoir lesquels développeront une PIF !
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Mar 2 Fév 2016 - 19:56

avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

PIF

Message par Mélusine le Sam 9 Sep 2017 - 16:03

Documentation : http://www.cliniqueveterinairecalvisson.com/article-veterinaire-83-13-la-peritonite-infectieuse-feline-pif-

Extraits :

Détecter un coronavirus ne signifie pas que le chat ait la PIF. En revanche, trouver ce coronavirus en grande quantité hors de l'intestin (dans le sang, dans un épanchement…), chez un chat présentant des symptômes évocateurs, permet de diagnostiquer une PIF.

Les chats à PIF excrètent du FcoV non muté, et en faible quantité : ils ne sont donc pas directement contagieux pour la PIF.

Signes neurologiques :
13% des chats à PIF ont des signes neurologiques, et plus de la moitié des chats présentant des signes neurologiques d'origine inflammatoire ont la PIF. Les lésions sont généralement multifocales. On observe surtout une ataxie, un nystagmus (= mouvements anormaux des yeux), et des convulsions.

Levons tout de suite une confusion : on nous présente régulièrement des chats "positifs pour la PIF", ou ayant "une sérologie PIF positive" : ce n'est pas de PIF qu'il est question chez ces chats, mais de Coronavirus, sachant que le test est positif aussi bien pour le "méchant" Coronavirus de la PIF, que pour le "gentil" Coronavirus intestinal. Comme nous l'avons vu plus haut, 90% des chats de chatterie et 50% des chats de maison ont eu un jour un "banal" Coronavirus dans l'intestin : tous ces chats sont positifs pour le Coronavirus, (et pas pour la PIF !), ils peuvent avoir des taux d'anticorps élevés ou en augmentation, mais la plupart de ces chats sont en parfaite santé, et ne développeront jamais la PIF.
Un test positif ne signe donc pas une PIF, un test négatif n'exclut pas non plus une PIF ! 10% des chats avec une PIF clinique (notamment en phase terminale), sont séronégatifs.

Des titres très élevés rendent tout de même la PIF probable : si le plus haut titre du laboratoire est atteint, la probabilité de la PIF est 94%. Cette probabilité est encore plus forte s'il s'agit d'un chat de maison, plutôt que d'un chat de chatterie, où les taux élevés sont courants et n'ont pas une forte valeur prédictive.
Un mot sur les tests rapides réalisables en clinique, qui ne donnent pas un taux, mais seulement un résultat positif ou négatif : ils sont inutiles, (nous venons de mentionner l'intérêt de savoir si le titre est élevé), et ils donnent en outre de nombreux faux positifs et faux négatifs.

Comme pour la sérologie, il sera impossible de distinguer par PCR le méchant virus de la PIF du (presque) innocent virus intestinal. C'est donc la localisation du virus qui va nous guider : la place normale du Coronavirus est l'intestin. Si l'on en trouve en grande quantité dans le sang ou dans un liquide d'épanchement, abdominal ou thoracique, ou bien dans l'œil ou le liquide céphalo-rachidien quelle qu'en soit la quantité, chez un chat présentant des symptômes évocateurs, alors le diagnostic de PIF sera confirmé.

A noter aussi que le grand nombre de chats peut favoriser la mutation en PIF (par ré-infections croisées).
Dans des groupes de moins de 10 chats, ou si les chats sont isolés en groupes de 3, l'infection par le FcoV finit généralement par disparaître.

Les chats sauvages introduits dans les refuges sont majoritairement négatifs, mais tous se positivent en quelques semaines : pratiquement 100% des chats de refuge sont infectés par le FcoV.


Dernière édition par Mélusine le Lun 2 Oct 2017 - 23:17, édité 2 fois
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Pif

Message par Mélusine le Sam 9 Sep 2017 - 23:20

Après contamination, le virus colonise l'intestin grêle.

En cas de mutation, il colonise alors les cellules mononuclées de défense (=les macrophages), atteint ainsi les noeuds lymphatiques mésentériques, puis passe par voie sanguine (=virémie) de manière transitoire (1 semaine environ). La capacité de multiplication du virus dans ces cellules dépend de sa virulence. Cette incubation apparente dure au total 7 à 16 jours.

- Si l'immunité cellulaire du chat est bonne, celui-ci guérit et ne développe pas de PIF.
- Si l'immunité cellulaire est moyenne, se développe une forme retardée de PIF (dite de latence) qui, a la faveur de facteurs exogènes comme le stress, peut se transformer en une forme fulminante.
- Si l'immunité cellulaire est insuffisante, se développe une forme sèche de PIF.
- Si l'immunité cellulaire est nulle, se développe une forme humide de PIF.
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Pif

Message par Mélusine le Dim 10 Sep 2017 - 17:56

A voir aussi : http://www.catvirus.com/French/WhatIsFIPfr.htm
Environ 12% des chats atteints de la PIF sèche souffrent de troubles neurologiques : ils deviennent souvent ataxiques (titubent et tombent en marchant), peuvent avoir des tremblements de la tête, des convulsions, des difficultés à fixer le regard, les mouvements des yeux n’étant plus contrôlés.

Ceci est généralement associé à une jaunisse et un changement de couleur des yeux.

Et : http://www.doctissimo.fr/animaux/chat/maladies-chat/encephalite
Le chat est faible, victime de crises convulsives, parfois de pertes de conscience. Des parasites comme le toxoplasma gondii (à l’origine de la toxoplasmose), s’ils sont particulièrement virulents, peuvent encore expliquer une encéphalite.
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Mar 26 Sep 2017 - 17:27

Nous avons malheureusement déjà eu des cas de pif.

Gina, environ 6 mois, sortie en très mauvais état de Béthune en juillet 2012. http://www.sos-siamois.com/t365-gina-6-mois-en-fa-ds-le-95
En octobre, sa Fa notait ceci :
Je la trouve très très calme....est-ce normal pour une jeune minette?
Franchement, je commence à m'interroger sur son épanouissement...
A été en contact avec d'autres chats.
Brutalement, le 22 octobre, déclare une pif.

Lancelot, environ 3 mois, sorti le 22 septembre 2012 avec un coryza et œdème des pattes. http://www.sos-siamois.com/t666-lancelot
Dès le 26 septembre :
il ne mange plus vraiment et semble abattu, le coryza va mieux pourtant...
lancelot est hospitalisé pour 24 heures minimum. Il est sous perf . Température 36,5 ....faible mais vient de mordre l'assistante véto ! Le véto passe la nuit là-bas, il ne sera pas seul. Probable œdème des pattes. On attend les résultats sanguins...rien n'est écarté mais le véto est plutôt optimiste mais il n'aurait pas fallu attendre une journée de plus...
Le 27 :
La température de Lancelot est remontée à la normale ce jour. Il a été testé FIV et FELV négatif. Il est toujours sous perf : sous cutanée pour la réhydratation et intra veineuse pour antibio et autres.
Son analyse de sang ne montre pas d'anormalités si ce n'est un taux de globules blancs élevé synonyme d'infection. Selon le véto c'est sans doute à cause de ce coryza qu'il doit trainer depuis longtemps...
La PIF n'est pas écartée sans que le véto y songe vraiment : il n'en a pas tous les symptômes. Donc il reste en observation encore un jour.
Il ne s'alimente toujours pas (AD) mais va globalement mieux.
Le 2 octobre :
Le petit loulou a rechuté après le weekend, je l'ai pourtant bien pris en charge, je lui ai donné à manger toutes les 2 heures, petit a petit il s'est réaffaiblit.
Il a été ré-hospitalisé hier, il a perdu 100gr, était très affaibli, toujours en hypothermie (malgré mes bouillottes), œdèmes et tout un tas d'autres choses...malheureusement je file chez le véto pour ses derniers soupirs....
Pif confirmée.
Son état hier c'est très aggravé, un épanchement abdominale très présent a été détecter ce matin.
Il était sorti avec deux autres chatons sous une autre asso.

Taïs, environ 5 mois, chatte de maison mise à la rue avec sa mère Mei-Lin, sortie en avril 2015.
http://www.sos-siamois.com/t6408-khalessi-tais-adoptee-par-mimily-dans-le-canton-de-vaud
Adoptée en octobre 2015.
Le 14 janvier 2016 :
J'ai une bien triste nouvelle, Khaleesi nous a quittée ce soir. Elle a présenté une occlusion intestinale avec de la fièvre en début de semaine, opérée mardi. Elle allait mieux hier et aujourd'hui elle a fait une péritonite infectieuse. Il s'agit du coronavirus selon le vétérinaire..
Aux dernières nouvelles, Mei-Lin et les bébés de la portée suivante vont très bien.

Le seul point commun est la jeunesse des chats (entre 4 mois et 1 an). Les deux premiers devaient déjà avoir la pif quand on les a pris en charge. Par contre Taïs non.
En tout cas aucun cas de contamination directe avérée alors que tous les trois ont côtoyé beaucoup de chats, ni contamination ou déclenchement de pif "familiale".
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Mar 26 Sep 2017 - 17:40

En résumé :
Les symptômes de la Péritonite infectieuse féline sont assez variés et peuvent être confondus avec d'autres maladies (toxoplasmose, etc.). Le diagnostic fondé sur des signes cliniques ne peut être confirmé que par une analyse post-mortem.

De plus, on ne sait pas vraiment expliquer pourquoi dans certains cas, qui fort heureusement restent rares, le virus va muter dans le corps du chat alors que chez les autres il ne mute pas et même disparaît.

La prévalence serait de 5% des chats infectés par le coronavirus en chatterie, c'est-à-dire en un milieu de surpopulation féline, le cas le plus défavorable.

Ces incertitudes et le fait que l'issue soit fatale font que la PIF fait peur. Mais il faut faire pièce des rumeurs alarmistes qu'on trouve sur certains sites de PA. Le coronavirus est contagieux, mais il n'est pas dangereux en lui-même. C'est la mutation du virus dans le corps d'un chat qui peut parfois conduire à la maladie nommée PIF.
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Mar 26 Sep 2017 - 17:59

A noter aussi que suivant le contexte (chats des rues, refuges, chats qui sortent ou pas) 30 % à plus de 75 % des chats sont ou ont été infectés par le coronavirus.
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Floydjazz le Dim 8 Oct 2017 - 11:06

Nous n'avons pas fait d'autopsie a la mort de ma chatte Jazz. Elle a declaré une jauniss et est décdé 5 jours après. Le véto a supposé une PIF. Je ne sais si seche ou humide, j'ignorais qu'il y en avait 2. J'ai lu plus haut que certain chat avaient des troubles neuro comme par exemple les yeux qui bougent. Jazz a toujours eu les yeux qui tremblaient. Perso j'avais mis ca sur le compte de son anxieté constante mais en lisant ca je m'interroge ... ayant déménagé plusieurs fois, ma princesse a du etre suivi par 4 ou 5 vétos durant sa vie.. auraient il pu s'appercevoir de quelque chose en rapport avec ca ?
avatar
Floydjazz

Messages : 170
Date d'inscription : 29/03/2017
Age : 30
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par montélimard le Dim 8 Oct 2017 - 11:46

la jaunisse peut aussi être due à un problème hépatique
les mouvements des yeux me font penser à un nystagmus (pas sûr de l'orthographe) a priori plus fréquent chez les siamois
avatar
montélimard

Messages : 1937
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 49
Localisation : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Floydjazz le Dim 8 Oct 2017 - 13:35

Bin elle m'avais dit que la jaunisse venait d'une forme d'hepatite mais les traitement n'ont absolument rien fait et que vu la rapidité des évenement c'etait surement la pif. Enfin peut importe. Je me demandait juste si les yeux aurait pu avoir un rapport avec du coup
avatar
Floydjazz

Messages : 170
Date d'inscription : 29/03/2017
Age : 30
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Mélusine le Dim 8 Oct 2017 - 18:04

Pas forcément.
La jaunisse oui, est souvent associée à la PIF (pourtant ce n'était pas le cas chez Cosette), mais elle peut aussi être symptôme d'une autre maladie : http://www.sos-siamois.com/t4047-hemobartonellose-feline
avatar
Mélusine

Messages : 20499
Date d'inscription : 20/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La PIF (péritonite infectieuse féline)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum